Four Seasons de Lalylala : collection et apprentissage

Four Seasons de Lalylala : collection et apprentissage

Bien le bonjour cher lecteur ! Cela faisait bien longtemps qu’on avait pas parlé ici d’un projet purement personnel, fait pour le simple plaisir de voir mes étagères se remplir. Et ça faisait également un moment que je n’avais pas fait ma fan girl au sujet des patrons de Lalylala. Non pas que je n’apprécie aucun autres créateurs, au contraire. Mais c’est comme tout : le plus aimé prend toujours le dessus. Et pourtant ! J’ai de chouettes patrons d’autres designers qui m’attendent sagement. Mais je n’arrive jamais à me dire  » aller, cette fois c’est à toi « . Non, au lieu de ça, je me demande  » quel patron Four Seasons de Lalylala vais-je faire cette année ? ».

A bien y regarder, je n’en ai pas fait tant que ça sur tous les patrons qui sont sortis : Halloween, Noël #1, l’Été, l’Hiver et le plus récemment, la Saint Valentin. Je me suis même permise, l’année dernière, d’agrémenter le trio d’Halloween d’une citrouille du même style, sobrement nommé Dead Pumpkin. Mais je prévois déjà les prochains ! J’aimerais refaire pour moi deux bonhommes sur le thème de l’été que j’ai offert et crocheter le trio du Nouvel An. Si j’ai la foi, peut-être le trio d’automne ! Tout ça pour dire que c’est un véritable virus de collectionnite qui m’a contaminé. Pas bien méchant comme virus, mais tout de même. Alors, pour comprendre ce que m’apportent ces petits bonhommes de coton, j’ai décidé de vous parler des deux derniers trio que j’ai réalisé.

Une collection qui ne peut que plaire

Les créations de Lydia Tresselt ont un énorme avantage selon moi. Ce sont des personnages très simples dans leur design, et qui ont une bouille horriblement choupinette. De ce fait, ils parlent à un très grand nombre de personnes. Il ne faut pas aller chercher plus pour expliquer son succès. Pour les grands doudous, j’étais un peu réticente à l’idée de tous les faire. Ils sont TOUS adorables, mais ce sont de grands personnages, qui prennent donc beaucoup de place. Et puis ils ont cette connotation doudous qui ne faut pas négliger ; ce n’est pas pour rien que j’ai pris ces patrons comme base de mon propre doudou Joker ! Mais la collection Four Seasons de Lalylala, c’est tout autre chose.

Four Seasons de Lalyla : une déco pour toute l’année

Ce sont de véritables objets de décorations qui ne prennent pas trop de place et que l’on peut changer au fil des saisons. C’est le principe de base, et c’est ça qui m’a plu, comme pour beaucoup d’autres je pense. On retrouve les mêmes personnages adorables, mais assorties aux fêtes et aux périodes de l’année. Evidemment qu’on a envie de les collectionner comme des Pokémons ! Car en y réflichissant bien, ce sont des patrons qui certes, ont une base commune, mais qui sont différents les uns des autres. On n’a jamais l’impression de répéter la même chose. Et pourtant, il y a cette unité stylistique qui les unie tous. Ce qui nous permet de garder une cohérence dans notre propre décoration. Et je trouve cela formidable.

Alors forcément, c’est super engageant, et c’est super gratifiant. Certes, je ne les range pas tous dans une boîte pour ne les ressortir qu’au moment venu. Mais, quand Halloween approche, je mets en avant Shaun, Victor et Eduardo pour me sentir dans l’ambiance. De même pour Noël : tout le monde vient s’installer sous le sapin pour faire une jolie petite crèche moderne. Y’a comme cette impression de retrouver des copains, de donner une place particulière à ces créations. Contrairement à d’autres qui sont là toute l’année et à qui on ne prête même plus attention. Ils nous accompagnent au fil des mois, au fil de nos humeurs. Et je pense que c’est pour ça que je suis très attachée à cette collection.

Le Journal de Lalu, blog crochet, Four Seasons de Lalylala, Hiver et Saint Valentin
Olaf mon bonhomme de neige, Cyprien ma pomme de pin et Bambi mon faon

Un moment de détente assez rare

M’étant lancée dans l’aventure des patrons au crochet récemment, la quasi totalité de mon temps crochet est destiné à mes propres patrons. Et même si parfois je réalise des projets totalement personnels, mais que j’invente en totalité, j’ai ce réflexe désormais de noter la moindre petite chose que je fais. Au final, rares sont les moments où je fais un projet  » zéro cerveau « , où je n’ai qu’à suivre les instructions d’un autre. De ce fait, m’accorder du temps pour faire un trio Four Seasons de Lalylala, c’est un moyen pour moi de faire du crochet sans trop me prendre la tête. Au pire, ça me demande un peu de concentration sur des passages un peu plus ardus (genre pour le cadeau…) et beaucoup de réflexions sur le choix des couleurs.

C’est très clairement un moyen pour moi de vivre pleinement le moment de l’année correspondant au patron, et de le rendre plus joyeux. Par exemple, l’hiver est une saison très morne aux yeux de beaucoup de monde. Elle n’a de valeur que pour la fête de Noël. Alors, réaliser de mignons petits personnages sur ce thème là, c’est aussi un moyen de voir l’hiver du bon côté. La période parait moins triste. On imagine Bambi courant dans la neige avec sa maman – et on occulte complètement l’épisode du chasseur, ça ne s’est jamais passé ! On se remémore les bonhommes de neige de notre enfance. Ou encore, on se rappelle à quel point c’était cool d’imaginer tout un monde à l’âge de 5 ans avec une simple pomme de pin. C’est un peu ça aussi cette collection Four Seasons de Lalylala.

Apprendre avec Four Seasons de Lalyla

Mais ce que j’aime aussi dans les patrons de Lydia, c’est ce que j’y apprends. Certes, je suis toute excitée à l’idée d’avoir un nouveau bonhomme à afficher dans la bibliothèque, mais j’ai hâte aussi d’apprendre. Une nouvelle technique, une nouvelle construction, une nouvelle façon de voir les choses. Dans mes deux derniers trio, j’ai vraiment ressenti cette sensation de découverte avec le faon du thème de l’Hiver (que j’ai nommé de manière très originale Bambi), ainsi qu’avec Faustine et Praline, respectivement le cadeau et la truffe en chocolat du thème de la Saint Valentin. Pour ces trois personnages, j’ai vraiment eu la sensation d’être une élève qui apprend auprès de son maître.

Car c’est assez dingue de se rendre compte à quel point on peut avoir des œillères. Quand je travaille sur mes patrons, j’ai une idée précise en tête et il m’est difficile de penser autrement, surtout quand je rencontre un problème. Là, avec Faustine par exemple, d’autres perspectives ce sont ouvertes à moi. Je me suis dit  » tiens, c’est possible de faire ça comme ça ? « . Mes personnages Four Seasons de Lalylala sont finalement des post-it techniques très joliment écrits. Faire ce patron de Saint Valentin m’a aussi grandement rassuré. J’ai découvert pleins de petites coquilles dans la version française. Et ça m’a fait dédramatiser sur les erreurs que je laissais filer dans mes patrons. Chez les superstars aussi ça arrive ! Ouf.

Le Journal de Lalu, blog crochet, Four Seasons de Lalylala, Hiver et Saint Valentin
Rosaline ma rose, Faustine mon cadeau et Praline ma truffe en chocolat

Pourquoi j’aime tant Four Seasons et Lalylala en général

Je sais que ça peut paraître exagérer tous les propos que je tiens sur Lalylala. Et ça l’est probablement ! Je ne suis pas objective parce que j’adore son travail, et surtout parce que je l’admire. Un peu comme les fans de Johnny. Ce n’est pas la meilleure, mais elle a une place particulière dans mon cœur. Je pense que c’est grâce à elle, indirectement, que j’ai eu envie de me lancer dans l’aventure de la création de patrons au crochet. Il suffisait juste ensuite d’attendre l’étincelle, l’idée qui me correspondait. Pour moi, ce fut la dînette de Lalu, agrémentée par la suite d’autres petits patrons.

Surtout, je n’ai pas envie de voir mes créations au crochet comme de simples babioles en coton. On dépense de l’argent, de l’énergie dans ces projets, il doit bien y avoir quelque chose de spécial derrière tout ça ? Avec Four Seasons, Lalylala est devenu mon premier coup de foudre au crochet. Ça ne s’oublie pas. Le trio Halloween, c’est ce qui a marqué un tournant dans ma pratique du crochet. Je n’avais pas fait grand chose de très élaboré avant ! J’ai beaucoup appris avec ces patrons, alors forcément, ils ont une place très importante et l’auront toujours. Alors oui, j’ai très envie de compléter ma collection. Et l’agrandir aussi avec les petits nouveaux. Oui, j’ai carrément craqué sur Megamoth !

Concluons enfin

Ces deux derniers trios Four Seasons de Lalylala, sur l’Hiver et la Saint Valentin, m’ont apporté beaucoup de joie dans leur réalisation. Même si les écailles de Cyprien la pomme de pin et les pétales de Rosaline la rose m’ont souvent fait soupirer – car c’est LONG. Bambi, Cyprien et Olaf (dont j’adore les couleurs vertes agrémentées d’orange et de caramel) ont rendu mon hiver moins tristounet. Rosaline, Praline et Faustine sont la preuve que je trouve toujours le rose très niais, même pour la Saint Valentin. Vert et violet, mon duo de couleurs préféré : à croire que je déclarais plus ma flamme au Joker qu’à mon amoureux ! Mais c’est très différent des versions que j’ai pu voir sur d’autres comptes Instagram. Ça me ressemble plus, et ça, ça me fait sourire.

Même si j’ai très hâte que les nouveaux enrichissent ma collection, j’aimerais tout de même laisser un peu de place à d’autres designers. J’aime les petits êtres de la forêt de Sameko Design et je crève d’envie de faire son renard. Je suis avec attention les créations de Blue Rabbit Toys, et je promets qu’un jour, moi aussi j’aurais Teddy, comme Mr Bean ! J’adore crocheter, les créations des autres, les miennes, qu’importe. Je suis consciente que j’entasse, que ce n’est pas très utile au final. Mais pendant, pendant que je réalise tout ça, je me sens bien. Je me suis découverte une réelle passion, qui m’anime chaleureusement. Et Lalylala y est pour beaucoup, sans le vouloir.

Et vous ami(e)s crocheteur(se)s, qu’est-ce qui vous a donné l’addiction du crochet ?

Laisser un commentaire