Escape Game en livre, je dis oui !

Escape Game en livre, je dis oui !

Les Escape Games ont la côte en ce moment. Les salles ne cessent de se multiplier, avec des thèmes et des ambiances toujours plus variés. Pour ma part, j’aime beaucoup cette activité, même si je n’en ai fait que deux à l’heure actuelle. Résoudre des énigmes, le travail de groupe, je trouve ça extrêmement stimulant ! Mais voilà, encore faut il réussir à motiver les gens pour y aller avec toi. Ce qui n’est pas toujours simple, entre ceux qui se disent nuls en énigmes et ceux qui trouvent cette activité bien trop chère – ce qui est relativement vrai. Surfant sur cette vague, divers supports sont apparus. Jeux de société, jeux mobiles, et celui qui a retenu toute mon attention : l’Escape Game version livre !

L’avantage, c’est qu’on peut y jouer tout seul, pas besoin de supplier les copains. Et moi qui adore les livres, forcément, je me suis jetée dessus. Dans cet article, je vais vous présenter différents Escape Books et vous dire ce que j’en ai pensé. Je précise que c’est un avis strictement personnel, et que certaines éditions que je n’ai pas apprécié pourraient très bien vous convenir. On n’aime pas tous les mêmes mécaniques de jeu, gardez ça en tête !

Escape Book : le Piège de Moriarty

Escape Book : le Piège de Moriarty (éditions 404) est le premier Escape Game en livre que je me suis offert – mais déjà revendu. J’avais été attirée par le format poche à amener partout, et surtout la thématique Sherlockienne ! Si l’atmosphère du livre m’a complètement charmé, je n’ai pas accroché avec le game play. On interprète donc Alec, jeune policier de Scotland Yard. Durant une visite chez Moriarty, on se retrouve enfermé dans sa demeure. Le but est simple, résoudre les énigmes pour en sortir ! Beaucoup de soin est apporté à l’histoire et aux détails, qui se substituent sans problème aux visuels. On baigne vraiment dans l’univers de Sherlock Holmes. Les énigmes sont assez variées, bien que la plupart du temps, il s’agit simplement de choisir le bon chemin. Et à mon grand regret, l’énigme qui me semblait être la plus intéressante est résolue par Sherlock Holmes dans l’épilogue !

En fait, ce qui m’a posé problème, c’est la façon de vérifier si son choix est le bon. Souvent, pour choisir un chemin, on avait trois choix. La réponse à chacun des choix se trouve en fin de chapitre, en se suivant. Même si on se concentre sur notre réponse, on finit par voir ce qu’il y a écrit au dessus ou en dessous. Et donc à voir la bonne réponse sans trop réfléchir. Aussi, il y a de nombreux aller-retours avec des annexes en fin de livre qui, à la longue, fatiguent. C’est évidemment un caractéristique de l’Escape Game en livre, mais là c’était vraiment trop présent. Je n’ai pas détesté cet Escape Book. Mais l’organisation du jeu au sein du livre ne m’a pas convenu. C’est dommage, car les Editions 404 proposaient aussi une histoire avec Chtulhu qui m’intéressait vraiment. Peut être lui redonnerais-je une chance un jour !

Les Escape Games en livre des éditions Mango

J’ai beaucoup accroché avec ces bouquins de chez Mango, puisque j’ai 4 histoires à mon actif : Une nuit à la bibliothèque, Le Labyrinthe des oubliés, Casting Mortel et Sur les traces des pyramides. Et j’ai pas fini ! Evidemment, si j’ai déjà 4 histoires de résolues, c’est que j’aime beaucoup le game play qu’offre les éditions Mango. Et pourtant, il n’est pas identique pour chaque histoire ! Certains par exemple utilisent un index des chemins. La résolution de chaque énigme donne un chiffre. On consulte alors l’index pour voir s’il s’y trouve et savoir à quelle page se rendre pour poursuivre. Pour d’autres histoires, la résolution des énigmes donne directement le numéro de la page vers laquelle se rendre.

L’aller-retour entre les pages est assez modéré, car on a qu’une seule annexe à consulter. Ce qui est, pour moi, bien plus pratique. Chaque univers a un graphisme qui lui est propre, ce qui amène une jolie diversité visuelle. Ma plus grande surprise fut Casting Mortel. Adieu les énigmes à base de savants calculs et autres, là on doit résoudre une enquête. Et c’était super immersif, grâce à des vidéos et un message vocal qui rendent la frontière avec le virtuel plus floue. C’est d’ailleurs le seul que j’ai réussi à finir en 60 min. Ça m’a un peu rappelé le Cri de Rose Marie, en (beaucoup) plus simple.

Bien évidemment, ces livres ne sont pas exempts de défauts. Certaines énigmes sont franchement tordues pour mon cerveau, si bien que j’ai eu du mal à démarrer deux histoires. Mais c’est un problème qu’on rencontrera toujours, car ce qui est évident pour les uns ne l’est pas pour les autres. Malgré ça, je trouve ces livres d’Escape Game très bien fichus, et vu le nombre d’histoires déjà sorties, forcément que vous trouverez votre bonheur !

Escape Game à Brocéliande

Pour mon anniversaire, ma Maman a voulu me faire plaisir en me gavant d’Escape Games en livres. Avec deux des éditions Mango, j’ai reçu également Escape Game à Brocéliande des éditions Vagnon. J’étais très contente, car j’aime bien l’univers de Merlin et du roi Arthur. Mais j’ai malheureusement assez vite été déçue, là encore par le game play. Graphiquement, je n’ai rien à redire, c’est super beau et ça colle super bien à l’atmosphère. L’histoire proposée est pas mal, le but étant de délivrer un chevalier gardé prisonnier par la fée Morgane. Mais le pauvre est toujours prisonnier, car je n’ai pas fini le livre. Et ce n’est pas faute d’y avoir passé plusieurs heures.

Pour le coup, je ne me suis vraiment pas amusée. La gestion du temps est un peu bizarre. On doit barrer les grains de sable d’un sablier selon nos déplacements. J’ai pas bien compris le principe au départ, et clairement parfois j’oubliais de m’en préoccuper. Les énigmes sont peu nombreuses et on passe beaucoup de temps à interroger des personnages juste pour savoir où aller. Si j’ai abandonné, c’est parce qu’à force, je ne savais plus quoi faire. Je ne savais plus quoi chercher, et après avoir passé toute une après midi dessus, ça m’a gavé. C’est dommage, car il y avait un véritable potentiel, une idée originale pour le game play. Mais moi j’ai vraiment pas accroché. Peut-être que vous oui, ne vous fermez pas une porte sur mon simple avis !

Le magazine Escape Quest

J’ai beaucoup trop tardé à tester ce magazine, puisque Le défi d’Arsène Lupin est déjà le quatrième numéro. J’espère que ce ne sera pas trop difficile de trouver A la recherche du trésor perdu et Seul dans Salem… En tout cas, j’étais très intriguée par une histoire sur les traces du célèbre Arsène Lupin ! Pour ce nouvel Escape Game en livre, le principe est simple : la réponse à chaque énigme indique la page vers laquelle se rendre. Et petit bonus fort pratique : sur chaque page est indiquée de quelles pages on est censé venir. Très semblable dans le game play aux bouquins des éditions Mango, j’ai tout de suite accroché. J’ai trouvé que les énigmes étaient vraiment très riches. Et même si certaines sont tordues, un simple indice peut nous amener à avoir une véritable révélation. Et à considérer l’auteur comme un génie. Graphiquement, c’est sublime, y’a rien à redire.

Petite nouveauté : des éléments détachables. Un choix à double tranchant à mon avis. D’une part, c’est cool parce que c’est plus ludique et ça diversifie le game play. D’autre part, si vous êtes tatillons ou si vous souhaitez le revendre après, vous allez avoir l’impression de l’abîmer. A l’heure actuelle, je ne l’ai pas terminé, il me manque deux énigmes à résoudre je crois. Et je sais pas si je dois mettre ça sur le compte de la fatigue, mais j’ai trouvé les dernières énigmes atrocement difficiles. J’y ai joué d’une traite, pendant plusieurs heures, alors je me suis dis que mes neurones ne fonctionnaient plus correctement vous voyez. Mais après un peu de repos, non, c’était toujours aussi difficile pour moi. Mais cela ne me rebute pas à tester les autres histoires, bien au contraire ! Je trouve qu’il y a un très beau challenge à relever.

L’Escape Game en livre avec le Grand JD

Bon là, j’avoue, j’ai fait ma groupie. J’aime beaucoup les vidéos du Grand JD, vidéaste suisse, et notamment son émission Phantasma. Et j’étais super hype à l’idée qu’il est participé à ce livre des éditions Solar ! Pour une fois, je n’y ai pas joué seule, mais à deux. Bien pratique puisque forcément, on ne pense pas de la même manière. Donc certaines choses paraissent plus évidentes pour l’un que pour l’autre. Donc plus de chance de réussite. Même si au final, on n’a pas réussi à le terminer en 60 min. Là encore, on fonctionne avec un système d’index des chemins, et pour visiter les pièces, il suffit de le consulter pour savoir à quelle page se rendre (chose que j’ai pas compris de suite).

J’ai beaucoup aimé l’histoire et l’ambiance de ce livre. D’autant plus qu’ils ont prévu une bande-son sur Youtube pour se mettre en condition, musique qui sert également de chronomètre puisqu’elle dure 60 min. Le graphisme est assez ouf, et là aussi on avait des éléments à détacher. On a vécu une superbe aventure à deux, avec des énigmes très diversifiées. L’avant dernière nous a posé un gros problème, car même avec la solution on n’a pas compris. Mais à côté de ça, les indices suffisaient amplement quand on était vraiment bloqué. Il me semble que ce soit le premier escape book de cette maison d’édition, et j’espère sincèrement qu’il y en aura d’autres aussi réussis !

Conclusion, enfin !

Alors que conclure sur ces différents jeux d’Escape Game en livre ? Hormis que j’en suis très fan ? Et bien si vous aimez résoudre des énigmes, et que vous n’avez ni les moyens, ni les gens pour faire un Escape Game en salle, c’est une super alternative. Car pour une dizaine d’euros, on passe une, voir plusieurs heures à se prendre pour Sherlock Holmes. Et quand on aime ça, c’est vraiment top ! Le plaisir que l’on en tire dépend d’un savant mélange entre la façon dont est organisé le jeu, l’histoire et les énigmes en elles mêmes. Par exemple, pour Brocéliande, on a un index des chemins fort pratique, mais je n’ai pas réussi à avancer dans l’histoire. Quelque chose clochait dans les énigmes. Evidemment, c’est un avis très personnel, subjectif, et ne vous arrêtez pas à ça. Faites vous votre propre opinion.

Il n’y a pas d’Escape Book parfait. Evidemment, toutes les énigmes ne sont pas faciles, et on a recours de temps à autre à un indice, voir à la solution car on n’avance pas. Pour avoir conçu une fois un jeu de société, je sais à quel point c’est difficile comme travail. On résonne d’une certaine manière, et on n’a pas toujours le recul nécessaire, ou un panel de testeurs suffisamment varié, pour faire un truc irréprochable. Ainsi, je ne m’arrête pas sur quelques difficultés, et prend plaisir à tester diverses éditions. Là où ça me rebute, c’est vraiment quand je n’ai pas pris de plaisir à jouer, et donc je n’y reviens pas. J’ai encore pleins d’autres histoires à résoudre, et j’ai hâte de pouvoir m’y pencher !

Et vous les Escape Books, déjà testé ?

Laisser un commentaire

Fermer le menu